Historique du café

  1. PRESENTATION

Le mot arabe « Cahouah », désignait cette boisson psycho active provenant de la province de KAFFA, une province du sud-ouest de l'Ethiopie. Puis, il se transforma en « qahvè » en Turquie puis « caffè » en Italie. De nos  jours,  la dénomination « café » désigne à la fois la boisson, le fruit du cafier et l’établissement  où l’on consomme cette boisson.

  1. HISTORIQUE

Le caféier est probablement originaire d'Ethiopie, dans la province de KAFFA ; la légende la plus répandue veut qu'un berger du nom de Kaldi, ait remarqué l'effet tonifiant de cet arbuste sur les chèvres qui en avaient consommé. Une autre hypothèse soutient que ce berger, ayant accidentellement laissé choir une branche de cet arbuste sur un poêle, aurait remarqué l'arôme délicieux qui s'en dégageait. Sa culture se répand d'abord dans l'Arabie voisine, où sa popularité a très certainement profité de la prohibition de l'alcool par l'islam. Il est alors appelé K'hawah, qui signifie revigorant. XVe au XVIe siècle, il va se rependre dans toute l’Arabie ; c’est à cette même époque qu’apparaisse les premières torréfactions en Turquie. Il pénètre en Europe au milieu du XVIIe siècle, en Amérique vers 1689 ; et bien plus tard en Afrique.

  1. RAPPELS BOTANIQUE

Les caféiers sont des arbustes des régions tropicales du genre Coffea ; Les espèces Coffea arabica (historiquement la plus anciennement cultivée) et Coffea canephora (dont le robusta est une sous espèce), sont celles qui servent à la préparation de la boisson. D'autres espèces du genre Coffea ont été testées à cette fin ou sont encore localement utilisées, mais n'ont jamais connu de grande diffusion : Coffea liberica, originaire de la région de Monrovia. Il est cultivé en Afrique de l'Ouest et produit des grains de grosse taille. Il a aussi été tenté dans d'autres régions du monde comme en Indonésie, mais l'intérêt commercial n'a guère perduré et ce caféier s'est montré par ailleurs envahissant pour les milieux naturels. Le café du Libéria est principalement utilisé pour la préparation des cafés instantanés et représente environ 1% du commerce mondial ou arabusta qui est un hybride obtenu par le croisement de l’arabica et du robusta.
Les caféiers sont des arbustes à feuilles persistantes et opposées, qui produisent des fruits charnus, rouges, violets, ou jaunes, appelés cerises de café, à deux noyaux contenant chacun un grain de café.
Coffea arabica , qui produit un café fin et aromatique, nécessite un climat plus frais que Coffea canephora (robusta), qui donne une boisson riche en caféine. La culture de l'arabica plus délicate et moins productive est donc plutôt réservée à des terres de montagne, alors que celle du robusta s'accommode de terrains de plaine avec des rendements plus élevés.

  1. ZONES DE CULTURE

Les principales régions productrices sont l’Amérique latine, l’Afrique de l’ouest, l’Afrique de l’est, l’Asie mineur et quelques iles telles que la Réunion, la Jamaïque.
L’Amérique latine produit pratiquement l’arabica, excepté le Brésil qui produit également du robusta. L’Afrique de l’est (Kenya, Burundi, Tanzanie, Ethiopie,…), la Réunion et la Jamaïque ne produisent que de l’arabica. La région où l’on produit exclusivement le robusta est l’Asie mineur. L’Afrique de l’ouest, quant à elle, à l’inverse de l’Amérique latine, produit en très grande partie du robusta ; cependant, l’on n’y trouve de l’arabica (Cameroun, Guinée), de l’arabusta (Côte d’Ivoire, Guinée) et du liberica.